lundi 28 octobre 2019

Un colloque sur Ludovic Sforza

Ludovic Sforza, dit le More (1451-1508)
Le mécène de Léonard de Vinci, entre grandeur et décadence

Écu à l'effigie de Ludovic Sforza (Pinac. Ambros., Inv. 1200)
Prince de la Renaissance Italienne, dont le règne caractérise la transition entre le Moyen Âge et les temps modernes, Ludovic Sforza, dit le More (en référence à la mûre, symbole de prudence), est un personnage méconnu en France, pays où il passe pourtant la fin de sa vie. Cette lacune historiographique étonne, car l’héritage patrimonial et intellectuel légué par l’ancien duc de Milan est immense! Beaucoup plus célèbre de l’autre côté des Alpes, particulièrement en Lombardie, Ludovic Sforza n’a pourtant pas donné lieu à de vastes études historiques, alors que son œuvre rayonne bien au-delà du territoire qu’il administre.
Né en 1452 à Milan, Ludovic Sforza est issu de la dynastie qui règne par intermittence sur le duché de Milan depuis 1450, lorsque son père François Sforza, lié par son épouse à la famille Visconti, s’empare du pouvoir. Duc de Milan à partir de 1494, Ludovic Sforza rappelle le modèle des condottieri italiens, les chefs militaires qui accaparent le pouvoir. Il illustre aussi les grandes destinées familiales en Italie, au même titre que les Médicis, les Gonzague de MantoueÉÉles Visconti, les d’Este, ou encore les Doria. Pendant vingt ans, il développe son duché, en modernisant l’appareil militaire et en s’appuyant sur l’économie et le commerce. Sur la scène internationale, il est influencé par les empereurs du Saint-Empire romain germanique qui veulent maintenir leur autorité au nord de l’Italie, une région qui commande le stratégique passage des Alpes.
Ami des arts et des lettres, Ludovic Sforza est également célèbre pour avoir été le premier mécène de Léonard de Vinci, qui lui propose ses services en 1482 et réalise la fameuse Cène à Emmaüs. Entouré d’une cour brillante, il s’engage en faveur de la culture sous toutes ses formes: bâtisseur de palais, de châteaux et de bâtiments publics, il est passionné de musique, ami des humanistes, des poètes et des savants. En ce sens, il incarne le foisonnement intellectuel du Quattrocento italien, préfiguration de la Renaissance française.
Pendant les guerres d’Italie, le Milanais est occupé une première fois en 1498 par les armées du roi de France. En 1500, malgré la protection accordée par l’empereur Maximilien, le duc est fait prisonnier par Louis XII, puis incarcéré en 1504 dans un cachot du donjon de Loches où il s’éteint le 27 mai 1508. Sa chute préfigure le schéma politique décrit par Machiavel, qui observe que la concurrence entre les princes des cités-états est la raison première de leur déclin.

511 ans après la mort du prince déchu, ce colloque international est l’occasion de revenir sur le parcours du membre le plus connu de la famille de la «Force». Dans le cadre de l’année commémorative des 500 ans de la Renaissance, il s’agit de faire un état de la recherche franco-italienne et d’approfondir les connaissances sur ce personnage au parcours exceptionnel. Au total, cet événement ouvert à tous les publics est l’occasion pour le service «Ville d’art et d’histoire» de la Cité renaissance de Loches d’en savoir plus sur l’un des grands personnages majeurs de son histoire, tout en resserrant les liens l’unissant à la ville de Vigevano. Le colloque s’articulera autour des grandes facettes de la vie et de la personnalité de Ludovic Sforza.
- La figure de l’homme d’État: la famille Visconti-Sforza, sa naissance à Vigevano, son apprentissage politique, le duché de Milan et la péninsule italienne, l’administration de sa seigneurie, la politique des grands travaux, le rayonnement de la capitale milanaise.
Le prince mécène: son éducation aux arts et aux sciences, sa politique de soutien aux artistes, la vie de cour à Milan, les arts et le progrès des sciences en Italie à la fin du XVe siècle, les liens avec Léonard de Vinci.
- Le chef militaire: l’organisation des troupes milanaises, la géopolitique internationale, le développement des armes, les guerres d’Italie, la capture, l’emprisonnement et la mort à Loches.
Castello Sforzeco, Milan
Mardi 5 novembre, Espace Agnès Sorel – Loches
14h00 Ouverture du colloque
Fabrice Morio, directeur régional des affaires culturelles (DRAC) Centre-Val de Loire
Benoist Pierre, directeur du Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours
Marc Angenault, maire de Loches

Session 1 – Sforza, duc de Milan et prince mécène. Présidence: Cécile Souchon (Archives nationales)
14h30 Marcello Simonetta (American univ. of Paris, Sciences Po Paris): La jeunesse dorée de Ludovico il Moro, et sa vendetta contre Cicco Simonetta
15h00 Federica Masè (Université d’Évry- Paris Saclay): Les “ca’ del duca” : les palais des Sforza à Venise au milieu du XVe siècle
15h30 Pierre Aquilon (Université de Tours- CESR) : Le livre à Milan à la fin du XVe siècle
Discussion & pause
16h00 Frédéric Barbier (CNRS- EPHE): Les Sforza : une bibliothèque modèle transportée dans le royaume de France 
16h30 Federico Piseri (Università di Pavia): «La vostra illustrissima signoria me ha ad comandere et io ho ad obedire»: il carteggio di Ludovico il moro durante la minore età
Discussion & pause
17h30 Pascal Brioist (Université de Tours): Ludovic Sforza et Léonard de Vinci
Discussion & vin d’honneur

Mercredi 6 novembre, Espace Agnès Sorel – Loches
(matin)
8h30 café d’accueil
Session 2 – Un prince au cœur des guerres d’Italie. Présidence: Federica Masè (Université d’Évry Paris Saclay)
9h00 Nicolas Prévost (Collège Louis Lumière, Marly-le-Roi): Géopolitique de l’Italie au temps de Ludovic Sforza
9h30 Michele Maria Rabà (CNR Milano-Università di Pavia) et Mario Rizzo (Università di Pavia): Il duca dal confine. Antonio Trotti Bentivoglio e la (geo)politica sforzesca fra Lombardia, Piemonte e Liguria
10h00 Juan Carlos d’Amico (Université de Caen): Ludovico Sforza vu de Naples à la veille de l’invasion de Charles VIII en Italie
Discussion & pause
10h45 Amable Sablon du Corail (Archives nationales): L’alliance militaire suisse, au cœur de la lutte pour la suprématie en Italie (1494-1521)
11h15 Françoise Hildesheimer (Archives nationales): Charles VIII, roi voyageur
11h45 Laurent Vissière (Sorbonne-Université): La capture et la fin du More dans les plaquettes d’actualité
Discussion pause déjeuner

(après-midi) 13h30 café d’accueil
Session 3 – Le chef déchu et l’emprisonnement à Loches. Présidence: Stéphane Blond (mairie de Loches)
14h00 Pierre Papin (Service de l’archéologie du département d’Indre-et-Loire): Les recherches archéologiques de la tombe de Ludovic Sforza: bilan de la campagne de fouille de 2019 dans la collégiale Notre-Dame de Loches
14h30 Matthieu Gaultier (Service de l’archéologie du département d’Indre-et-Loire): Les recherches archéologiques de la tombe de Ludovic Sforza : premiers résultats de l’étude des sépultures
15h00 Aymeric Gaubert: Archives lapidaires d’un prisonnier: les graffitis de Ludovic Sforza à Loches
15h30 Christelle Breion (Université de Tours- CESR): La légende noire d’un prince-tyran: Ludovic Sforza et la ruine de l’Italie
16h30 Jean-François Thull (Cité royale de Loches): Les représentations de Ludovic Sforza dans l’historiographie française au XIXe siècle: heurs et malheurs d’un mal-aimé de l’histoire nationale
Discussion

17h30 visite guidée du cachot de Ludovic Sforza (Cité royale)
18h30 visite de l’exposition Images d’Italie (Ville de Loches/ Maison-Musée Lansyer)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire