samedi 15 octobre 2016

Exposition à la Bibliothèque Mazarine

L'exposition
Des livres et des lettres: ouvrages épistolaires entre Italie et France
de la Renaissance à l'âge baroque
a été inaugurée dans le cadre du colloque L'Écriture épistolaire entre Renaissance et âge baroque: pratiques, enjeux, pistes de recherche (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle & Bibliothèque Mazarine, 13-14 octobre 2016).
 
Le genre épistolaire est un phénomène éditorial étroitement lié à la culture de la Renaissance italienne. Comme Montaigne l’avait déjà remarqué («Ce sont grandes imprimeurs de lettres que les Italiens!», Essais, I XL), dès la fin du XVe siècle, de nombreux « livres de lettres » sortirent des ateliers les plus importants de Venise, Rome et Florence. Des épistoliers en latin furent publiés, de Cicéron à saint Jérôme, sans oublier les Familiares de Pétrarque, véritable monument de l’écriture épistolaire de l’humanisme européen.
Toutefois, à côté de ces classiques et de plusieurs manuels d’écriture épistolaire proposés par les imprimeries, de nouveaux enjeux se dessinent autour du genre épistolaire au milieu du XVIe siècle. À partir des Lettres de l’Arétin (1538), le «livre de lettre» devient un objet complexe: rédigé en italien («in lingua volgare»), il est le le lieu où l’homme de lettres expose au public sa propre image et son réseau de connaissances –au prix de quelques corrections par rapport aux textes réellement envoyés. L’évolution de ce genre éditorial, qui touche toute l’Europe, entraîne aussi une diversification formelle: la lettre peut paraître en recueil ou seule, sous la forme d’un «canard» relatant des événements récents, ou comme un document officiel issu des chancelleries d’État, publié avec ou sans l’autorisation des intéressés et dévoilant les coulisses de l’histoire.
L’important fonds de littérature épistolaire de la Bibliothèque Mazarine a été enrichi récemment par la collection de Jeannine Basso (1927-2015), chercheuse en littérature italienne et auteure d’une thèse consacrée aux «Livres de lettres» à la Renaissance (1982). Le résultat le plus connu de ses recherches, Le genre épistolaire en langue italienne, 1538-1662 (Rome, Nancy, 1990), est un ouvrage de référence pour les études italiennes.

Exposition présentée à l’occasion du colloque international L’écriture épistolaire entre Renaissance et âge baroque: pratiques, enjeux, pistes de recherche (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 - Bibliothèque Mazarine, 13-14 octobre 2016).
Plus d'information: http://www.bibliotheque-mazarine.fr/fr/evenements/expositions/liste-des-expositions/des-livres-et-des-lettres-ouvrages-epistolaires-entre-italie-et-france-de-la-renaissance-a-l-age-baroque
(Communiqué par la Bibliothèque Mazarine)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire