lundi 6 octobre 2014

Le choc des générations


Quelques jours passés à Mayence sont l'occasion de revoir le Musée Gutenberg et d'évoquer le souvenir de saint Boniface, mais aussi de découvrir quelques dessins affichés dans sa vitrine par un libraire qui ne manque certes pas d'humour (le cliché est médiocre, parce qu'il est pris à travers la vitre, et en plein soleil).
Le premier de ces dessins met en scène un monsieur d'un certain âge, assis au milieu de sa bibliothèque, en train de lire. Il s'adresse à son fils, et lui dit avec émotion, en désignant les livres: "Tout cela t'appartiendra un jour". Mais le monsieur d'un certain âge parle en réalité tout seul: le petit garçon, assis par terre, appuyé sur le fauteuil, est quant à lui fasciné par ce qu'il voit sur la tablette qu'il tient dans les mains (on ne sait pas s'il lit un "@book", ou s'il est plongé dans les méandres de quelque jeu électronique).
A l'heure où le commerce de la librairie de détail se fait plus problématique (il est loin, le temps où la substitution d'une enseigne de mode à la librairie PUF du boulevard Saint-Michel avait choqué), notre libraire ne manque pas non plus d'un certain courage, en affichant ainsi une manière de prédiction peu réjouissante quant à l'avenir de sa branche d'activités. Le dessin ne propose-t-il pas, encore plus largement, une réflexion sur le cours de la vie humaine, et sur la difficulté de transmettre, même à ceux que nous aimons, quelque chose de notre univers de choix et de préférences?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire