mercredi 6 juillet 2011

Nouvelle revue sur le livre et sur l'histoire du livre

Les nouvelles revues consacrées au livre et à l’histoire du livre sont rares, surtout s’il s’agit de revues imprimées et non pas, comme c'est aujourd'hui souvent le cas, de publications en ligne. Nous saluons avec d'autant plus de plaisir le lancement de Livro. Revista do Nucléo de estudos do livro e da edição (NELE), revue du monde lusophone publiée par l’université de São Paolo (ISSN: 2179-801X).
Livro nous paraît une revue tout particulièrement intéressante par le lien qu’elle établit entre les professionnels du livre, les enseignants travaillant dans le domaine de l’édition et de la librairie et aussi de la communication, les spécialistes des études littéraires et les historiens: une combinaison que nous connaissons déjà en Allemagne, avec les Instituts universitaires des «Sciences du livre» (Buchwissenschaft), mais qui peine à s’instaurer en France.
Nous donnons ci-après le sommaire des rubriques du premier numéro (plus de 200 pages au total):
Éditorial
Conversas de livraria
Leituras
(avec notamment un article sur le livre arabe au Brésil dans la première moitié du XXe siècle et différentes contributions sur les pratiques de lecture)
Acervo (= collecte)
Dossié Paris-Bucarest (avec des articles de Jean-Yves Mollier, Sabine Juratic, Jacques Hellemans, Diana Cooper-Richet et Márcia Abreu)
Memória (Anatol H. Rosenfeld)
Crónica
Almanaque
Bibliomania
(articles sur différentes publications brésiliennes, dont le Diccionario graphico d’Arthur Arezio)
Debate (articles sur l’avenir du livre et sur la modernisation de l’orthographe)
Letra & Arte
Estante éditorial (présentation de publications sur le livre et le monde de l’édition)
Colaboradores (notices sur les collaborateurs présents dans cette première livraison).
La revue coordonnée par Plinio Martins Filho et par Jerusa Pires Ferreira nous propose ainsi une information directe sur un espace très important, mais avec lequel les relations scientifiques entretenues par les chercheurs, notamment français, étaient peut-être restées quelque peu en retrait par rapport à celles qu'ils avaient avec l’Europe, l’Amérique du Nord et le monde anglo-saxon en général. Nous ne pouvons que nous en réjouir. La revue se signale en outre par l’élégance de sa mise en forme, qui l’apparente à une publication de bibliophilie: la mise en page est toujours très soignée, de même que la décoration typographique (les feuilles aldines!), et la première livraison contient de nombreuses illustrations en couleurs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire