dimanche 29 août 2010

Des arbres, des trains... et des livres

Nous signalions il y a quelques temps l'existence d'une manifestation exceptionnelle, "La Forêt des livres", dans le petit village (150 habitants) de Chanceaux-lès-Loches, en Touraine (voir le billet du 18 avril). C'est l'occasion de dire que "La Forêt des livres" a lieu tous les ans depuis quinze ans, le dernier dimanche du mois d'août, et qu'elle se déroule donc aujourd'hui, 29 août 2010.
L'événement est organisé dans un environnement très agréable, mais moins commode que ne le serait, par exemple, le centre d'une grande ville (ce qui fait le charme de Chanceaux, c'est que c'est un village relativement isolé et qui semble quelque peu hors du temps). Le succès suppose donc certains accommodements, et, si la Touraine est bien sûr la terre des écrivains, de Ronsard à Balzac, et même au jeune Marcel Proust dans sa maison familiale d'Illiers, ce sont surtout des vedettes de cinéma, des chanteurs et des présentateurs de télévision, qui prennent rang parmi les "locomotives" de "La Forêt des livres". En somme, nul doute que la conception et le "plan médias" de l'événement ne soient particulièrement soignés, ce qui est en effet la condition du succès.
Car le succès est bien là: plus de 50000 visiteurs chaque année transforment Chanceaux en Woodstock de la littérature, pour reprendre une formule du New York Times. Ce qui paraissait impossible devient possible, et, à côté de peoples éventuellement écrivains, on rencontrera aussi nombre d'écrivains à proprement parler, sans oublier les autres professionnels, dont les libraires et bouquinistes, qui bien sûr ne sont pas des peoples.
Mais on ne peut que se réjouir de la réussite improbable de l'entreprise.
Les organisateurs soulignent le lien entre les arbres et les livres, dans la mesure où les premiers fournissent depuis le XIXe siècle industriel la pâte servant à fabriquer le papier. D'autres rapports plus poétiques pourraient être évoqués, de l'enfant lisant à l'abri dans son arbre (Proust, encore), ou du "promeneur solitaire" plongé dans sa lecture au plus profond d'une forêt. Mais nous soulignerons plutôt un rapport différent, celui entre le voyage et la lecture.
En effet, dans un autre billet (en date du 27 juillet), nous attirions l'attention sur le lien qui existe entre le train et le livre. Ce n'est pas en descendant du Transsibérien que nous pourrions dire autre chose: le voyage au long cours, dans un monde abrité et plus ou moins inaccessible (le train en route), un ou plusieurs jours durant, donne en effet l'occasion de conduire ou de reprendre des lectures elles-mêmes au long cours et que l'urgence de la vie quotidienne empêche parfois de mener à leur terme. Les organisateurs de "La Forêt des livres" mettent aussi, à leur manière, ce rapport en évidence, en faisant venir depuis 2009 leurs invités parisiens dans un train extraordinaire, une rame historique de la Compagnie des wagons-lits (avec Pullmans et voitures restaurants) qui circule pour l'occasion de Paris à Loches, via Orléans et Tours. De sorte que, aujourd'hui à Loches et à Chanceaux, l'amateur de livres et l'amateur de trains sont pareillement comblés.

Exceptionnellement, les clichés illustrant ce billet ne sont pas inédits mais sont repris d'Internet: le premier figure à l'adresse du site officiel de la manifestation (http://www.laforetdeslivres.com/), le second à celle d'un site spécialisé (http://rail86.free.fr/TT/CIWL/CIWL%2003.JPG: sur le cliché, qui date de 2009, le train entre en gare de Loches).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire