lundi 13 février 2017

En France, sous la Révolution: inventer les bibliothèques

La période de la Révolution marque bien évidemment une césure radicale dans l’histoire des bibliothèques françaises. L’abolition des privilèges, décidée dans la nuit du 4 août 1789, entraîne de fait la disparition de la société tripartite organisée par ordres. Par suite, les décrets des 2-4 novembre 1789 mettent les biens de l’Église «sous la main de la Nation», à charge pour celle-ci d’en tirer les revenus suffisants pour rétribuer les prêtres, pour prendre en charge un certain nombre de fonctions nouvelles et pour administrer les bâtiments. Mais personne n’a anticipé l’ampleur des problèmes, encore moins lorsque les premiers biens nationaux sont proposés à la vente, et qu’il faut vider les lieux.
Soit l’exemple de la riche province de Touraine. La ville même de Tours vient d’être complètement restructurée par la traversée de la  route royale, achevée par le Pont de Pierre, en 1779: elle s’organise désormais non plus par rapport au fleuve, mais par rapport à un axe Nord-Sud qui relie les deux cités originelles, du bourg Saint-Martin et de la cathédrale Saint-Gatien. L’archevêché est l’un des principaux de l’Église de France, tandis que les deux grands chapitres, de Saint-Gatien et de Saint-Martin constituent des institutions prestigieuses et très fortunées. Le troisième grand établissement religieux est celui de Marmoutier, sur la rive droite du fleuve. Ces trois communautés représentent l'essentiel des confiscations faites en matière de livres, quand le directoire du nouveau département fait procéder à la mise sous scellés des archives et des bibliothèques, dont on entreprend le catalogage. À Marmoutier, le travail est confié à Dom Jean-Joseph Abrassart (1759-1800), tourangeau d’origines, secrétaire du chapitre et bibliothécaire, et comme tel signataire du Cahier de doléances présenté par le chapitre aux États Généraux. Les archives sont quant elles remises à l’ancien archiviste de Saint-Gatien, promu archiviste du district.
Les collections de livres, sont d’abord réunies en désordre dans le «dépôt littéraire» du cloître Saint-Martin, avant que le district ne décide, en novembre 1792, de faire surseoir à la vente du couvent des Filles de l’Union chrétienne pour y établir les deux nouvelles institutions, d’une part, la Bibliothèque, alors encore enrichie à la suite des confiscations des biens des émigrés; d’autre part, le «Dépôt d’arts et de sciences», alias le Musée. Dom Abrassart reste en charge des livres.
Même si l’urgence domine, les affaires sont souvent conduites par les héritiers de certaines dynasties bourgeoises d’Ancien Régime. Les Veau-Delaunay en sont l’exemple, depuis Louis Veau-Delaunay, receveur municipal de Tours († 1744); son fils est député de la paroisse Saint-Hilaire de 1757 à 1764; le petit-fils, Athanase (1751-1814), est un juriste, mais qui se pique d'écrire, et qui s’engage pleinement dans l’action publique au niveau de sa ville. Siégeant à l’Assemblée des notables à partir de 1787, il est membre du corps de ville au début de la Révolution, puis membre du directoire du département. Bibliophile (nous conservons le catalogue de sa bibliothèque : Bibl. de Tours, ms 1699), il rédige en février 1793 un rapport en vue de prendre toutes les dispositions nécessaires pour transformer le dépôt littéraire de Tours en bibliothèque ouverte au public…
Le département fait alors transporter les volumes au troisième étage du superbe palais de l’Archevêché, où la bibliothèque est effectivement ouverte, trois jours par semaine de 10 à 14h à compter du 21 octobre suivant. Abrassart tient le discours inaugurale, et poursuit activement le catalogue du fonds (Bibl. de Tours, ms 1482).
Le décret du 25 février 1795 impose de créer une École centrale par département, et d’y intégrer Bibliothèque et Musée: à Tours, l’École sera elle aussi établie dans l’ancien archevêché, et confiée à la direction de Veau-Delaunay. Abrassard reste en place, mais son suicide soudain, à quarante et un ans, entraîne la nomination d'un bibliothécaire que l’on dira «d’occasion», Jean-Louis Chalmel, dont toute la carrière s’est faite dans différentes instances administratives, et jusqu’au Conseil des Cinq cents.
Le bouleversement majeur survient lorsque les Écoles centrales sont supprimées, et surtout lorsque la signature du Concordat suppose de restituer une partie de ses biens confisqués à l’Église, dont précisément le palais… (5 mars 1803). Les collections, 30 à 35000 volumes, sont alors stockées en désordre à la Visitation, puis, lorsque le préfet décide à son tour d’y transférer ses services, dans sept «salles basses» de l’ancienne Intendance, et laissés pratiquement à l’abandon (1808). Quant à Chalmel, il est destitué en 1807… 
Le palais archiépiscopal, à l'ombre de la cathédrale
Des autorités locales soumises à de très fortes pressions, et qui doivent organiser de manière stable une administration nouvelle; des embarras financiers permanents et une urgence quotidienne en matière de maintien de l’ordre, de sécurité et d’approvisionnement; une présence très sourcilleuse de l’État, mais un désordre longtemps induit par des changements politiques brutaux et très profonds: il est presque inévitable que, dans cette conjoncture, la gestion des livres confisqués et la mise en place de bibliothèques au sens propre, n’apparaissent que comme une obligation secondaire, et les livres eux-mêmes comme une variable d'ajustement. Nous sommes dans l'ordre de l'improvisation.
Dans le cas d’une grande ville comme Tours, la situation est a priori moins mauvaise, parce que l’on dispose effectivement d’un certain nombre de compétences nécessaires à la fonction de bibliothécaire. Pourtant, la stabilisation ne se fera que très lentement. Depuis 1811, la Bibliothèque fonctionne à nouveau, même si médiocrement, quand Amand Mame acquiert en 1825 le bâtiment de l’ancienne Intendance pour y établir son imprimerie... Malgré les efforts d’organisation, les pertes ne cessent pas, et Libri lui-même  «visitera» le dépôt de Tours, dont il soustraira encore quelques pièces particulièrement exceptionnelles, dont un Pentateuque  du VIIe siècle…
La reconnaissance de la spécificité d’une Bibliothèque publique supposerait de disposer d’un local spécifique et adapté à ses fonctions, d'un budget et et d’un personnel spécialisé: un phénomène qui ne s’imposera en fait qu’à partir de la seconde moitié du XIXe siècle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire