mardi 7 juin 2011

Séance foraine de Dole

ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES
CONFERENCE D’HISTOIRE ET CIVILISATION DU LIVRE

Monsieur Frédéric Barbier, directeur d’études

Séance foraine, année 2010-2011

«La ville n’est pas fort grande, mais elle est riche & peuplée. Il y a une collégiale assez belle, qui étoit autrefois un prieuré de notre ordre; l’hôpital de l’hôtel Dieu est fort beau & bien bâti ; le collège des Jésuites est grand & nombreux ; leur bibliothèque est bien fournie de livres imprimez & peut passer pour une bonne bibliothèque. Devant la porte du collège, on voit une figure de saint Ignace de Loyola, avec cette inscription : Successori sancti Thomae» (Voyage littéraire de deux bénédictins…, I, p. 165).
La vieille ville de Dole se mire dans la rivière
La traditionnelle séance foraine, organisée à titre privé par la conférence d’Histoire et civilisation du livre de l’École pratique des Hautes Études, se déroulera cette année le vendredi 24 juin à la Médiathèque de Dole.
Dole est d’accès facile depuis Paris, par TGV direct ou avec changement à Dijon. La ligne à grande vitesse se débranche de la «ligne impériale» Paris-Marseille à hauteur de Villeneuve-St-Georges, mais elle la retrouve à Montbard, patrie de Buffon et où certains TGV s’arrêtent. Nous sommes désormais en Bourgogne, et traversons un agréable pays de collines: la forêt domine en hauteur, tandis que de petites localités s’abritent dans les creux. Les Laumes-Alésia nous fait ressouvenir d’un épisode historique célèbre, tandis que le point culminant de la ligne est atteint au tunnel de Blaisy-Bas… comme son nom l’indique. Au-delà, nous basculons du bassin de la Seine (et de la Manche) dans celui de la Saône, du Rhône… et de la Méditerranée. Après Dijon, c’est la traversée de la Saône, avant d’arriver à Dole.
«C’est une ville ancienne, située dans un pays agréable et fertile (…). Dole est une belle ville, ornée d’édifices magnifiques. Le principal est l’église Nostre Dame. Il y en a encore d’autres considérables ; diverses maisons religieuses & un collège de jésuites» (Moréri). Sur la vallée du Doubs, à l’orée de la forêt de Chaux, Dole, «ville d’art et d’histoire», est la porte de la Franche-Comté. Elle conserve aujourd’hui une très pittoresque ville ancienne développée autour de l’ancienne Place royale et de la collégiale Notre-Dame (cliché ci-contre).
Dole est la capitale historique de la Comté du XVe au XVIIe siècle (traité de Nimègue). Siège du Parlement, elle possédait une université fondée par le duc de Bourgogne en 1422, et un certain nombre de collèges (dont celui de Saint-Jérôme, pour des boursiers de Cluny, mais où descendront encore les «deux Bénédictins» en route pour leur Voyage littéraire). La vie intellectuelle y est fondamentalement marquée par la présence de l’université, où étudièrent notamment Granvelle, futur chancelier de Charles Quint, mais aussi André Alciat. Plusieurs maisons religieuses y sont aussi établies, notamment les Bénédictins, les Franciscains, les Cordeliers (depuis 1372) et les Minimes.
Ancien collège de l'Arc
Mais, à partir du XVIe siècle, Dole, qui appartient aux Habsbourg, apparaît d’abord comme un bastion du catholicisme face aux régions passées à la Réforme, qu’il s’agisse du luthéranisme (Montbéliard, Bâle, etc.) ou du calvinisme (Genève, Neuchâtel, etc.). Les jésuites y ouvrent une maison en 1582: le collège de l’Arc, dont les bâtiments sont conservés aujourd’hui et où la Bibliothèque municipale a été abritée jusqu’à son transfert dans les nouveaux locaux de l’hôtel-Dieu. C’est dans la même perspective de prosélytisme qu’un imprimeur est appelé de Lyon à Dole en 1587. En 1618, le collège est réuni à l’ancienne université (selon un modèle que l’on rencontre aussi à Prague…), avant de devenir collège royal après le départ de la Compagnie (ci-contre, la porte du collège).
Les conférences de l’année 2010-2011 à l’EPHE ont été en grande partie consacrées à l’histoire des bibliothèques, et la bibliothèque de Dôle constitue une excellente illustration de ce thème, qu’il s’agisse du rôle de l’université ou des collèges, ou de la mise en place d’une bibliothèque publique. De fait, le projet de bibliothèque publique remonte au legs Richardot de Choisy en 1786, et il est repris par la ville en 1791. L’établissement n’ouvrira en définitive ses portes qu’en 1810, dans l’ancien collège de l'Arc, et les collections s’enrichissent de dons ou d’acquisitions tout au long du XIXe siècle, dont le précieux fonds Casimir de Persan. Le premier catalogue manuscrit date de 1813, et comprend 6500 titres correspondant aux saisies révolutionnaires.
Ajoutons que la Médiathèque conserve un très bel ensemble de reliures précieuses (Dole est la ville natale de Bauzonnet, en 1820. Voir l’exposition virtuelle qui lui est consacrée).
Enfin, la Médiathèque de Dole est riche en exemplaires «de hasard», tout particulièrement dans le domaine du livre arabe.

NB- La dernière séance de la conférence d’«Histoire et civilisation du livre» se déroulera le lundi 20 juin à l’EPHE (bâtiment France), selon l’horaire habituel (16h-18h). Elle sera consacrée à une «Introduction à l’histoire du livre en Franche-Comté» (et notamment à Dole), introduction présentée par Monsieur Frédéric Barbier et qui constituera une préparation à la séance foraine du 24. Comme tous les ans, la conférence se clôturera par un pot amical de fin d’année, auquel chacun est convié.
L'ancien Hôtel-Dieu, qui abrite aujourd'hui la Médiathèque de Dole.

De Paris à Dole, nous vous proposons les horaires suivants (lorsqu’il faut changer à Dijon, les horaires sont indiqués. Les horaires sont donnés sous toutes réserves) :
Aller: Paris Gare de Lyon 6.58 (Dole: 9h07); 7.58 (Dijon: 9h35/48. Dole: 10h20); 8h28 (Dole: 10h32).
Retour: Dole 16h05 (Dijon: 16h38/52. Paris: 18h37); Dole 17h31 (Paris: 19h38); Dole 18h26 (Paris: 20h37); Dole 19h11 (Dijon: 19h40/20h20. Paris: 21h59); Dole: 21h07 (Paris: 23h15).

Selon notre habitude, nous avons rendez-vous à 10h50 à la Médiathèque de Dole, 2 rue Bauzonnet, 39100 Dole. La séance du matin se déroulera de 11h à 13h environ, et sera animée par les conservateurs de la Médiathèque et par Monsieur Jean Vezin, correspondant de l’Institut, directeur d’études à l’EPHE (présentation de la Bibliothèque, manuscrits et reliures des collections de Dole). Nous nous efforcerons de réserver un certain nombre de places pour déjeuner ensemble à proximité de l’hôtel-Dieu. La séance de l’après-midi se déroulera de 14h30 à 17h. environ, et sera animée toujours par les conservateurs de la Médiathèque, ainsi que par Monsieur Frédéric Barbier, directeur d’études, et par Monsieur Dominique Varry, professeur d’histoire du livre (livres imprimés des collections de Dole).

La participation à la séance foraine est ouverte à toute personne intéressée, dans la limite des places disponibles. On est prié de s’inscrire auprès du secrétariat de l’IHMC par téléphone (01 44 32 31 52) ou par courriel (martine.grelot@ens.fr) avant le 21 juin prochain.

Quelques clichés de Dole. Et, pour les amateurs, d'autres clichés sur les séances foraines de 2009 (Le Mans) et de 2010 (Amiens).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire