samedi 3 juillet 2010

Sites hongrois d'histoire du livre

Les ressources disponibles sur Internet s'enrichissent jusqu'à constituer des ensembles documentaires tendant à l'exhaustivité pour certaines géographies. C'est le cas avec la Hongrie, dont les vicissitudes de l'histoire politique aux époques moderne et contemporaine font que les données mises à disposition intéressent un territoire sensiblement plus étendu que celui de la Hongrie actuelle.
Historiquement, les Hongrois occupent le centre de la plaine du Danube entre la sortie du fleuve des contreforts alpins, peu avant Vienne, et les Portes de fer débouchant sur la Valachie. Cette vaste zone de plaines est enserrée de tous côtés par des reliefs plus ou moins importants: les Alpes vers l'ouest, puis l'arc des Carpates et les différents massifs des Alpes dinariques vers le sud. A partir du XIe siècle, la couronne de saint Étienne s'affermit et étend progressivement sa domination sur une grande partie de cette géographie, les peuples environnants: la frontière touche Belgrade, l'Adriatique est atteinte en Croatie. A la fin du XVe siècle, le règne de Mathias Corvin marque l'apogée, et le roi lui-même s'établit à Vienne. La carte ci-dessous permet de se repérer sommairement. Le détail du cours du Danube dans la grande plaine ne tient pas compte des travaux d'assainissement réalisées notamment depuis le XIXe siècle (cliquer sur la carte pour l'agrandir).
On sait comment cette construction s'effondre sous la poussée des Ottomans: après la défaite de Mohács (1526), la plaine du Danube qui est occupée par les Turcs. Le royaume de Hongrie se limite à un vaste arc de cercle conduisant de la Croatie à la Slovaquie actuelle, tandis qu'à l'est la Transylvanie est considérée comme une principauté indépendante vassale de Constantinople. La dynastie royale a disparu et les Habsbourg seront désormais couronnés rois de Hongrie.
La reconquête au profit de l'empereur se développe à partir de la fin du XVIIe siècle, et l'ancien territoire du royaume de Hongrie est pratiquement réintégré dans la chrétienté occidentale au XVIIIe siècle. La Hongrie, gouvernée par Vienne, ne fait pourtant pas partie du Saint-Empire, lequel disparaît en 1804 pour laisser la place au nouvel Empire d'Autriche. Enfin, en 1867, la signature du "Compromis" instaure un système plus équilibré, avec une large autonomie accordée à Budapest: c'est le temps de l'Autriche-Hongrie, qui s'achève pourtant avec la catastrophe de la Première Guerre mondiale. En 1919, la Hongrie a perdu les deux-tiers de son territoire historique.
Rien de surprenant, donc, si les sites que nous signalons rapidement intéressent de fait une grande partie de l'Europe centrale:
1- La reconstitution de la Bibliothèque de Mathias Corvin est accessible à l'adresse: http://www.corvina.oszk.hu/
Il s'agit de la numérisation des manuscrits ayant fait partie de la bibliothèque du roi mais qui sont aujourd'hui conservés dans un grand nombre de bibliothèques européennes. La base de données (Corvinák) propose, avec un classement par fonds et par cotes, la reproduction numérique d'un certain nombre de manuscrits, leur description codicologique. Le site est toujours en cours de développement. Il est pour partie disponible en italien, mais certains liens ne fonctionnent pas.
2- Les manuscrits en langue hongroise antérieurs à 1530 sont présentés à l'adresse: http://nyelvemlekek.oszk.hu/
Le texte le plus ancien que l'on conserve aujourd'hui remonte à 1055. Ce site a été mis en place à l'occasion de l'Année internationale des langues (2009), et il se recommande par sa richesse. La difficulté d'accéder au contenu en hongrois est en partie levée par l'utilisation d'un traducteur automatique. La liste des documents présentés est accessible par le bouton "Nyelvemlékek" (= documents)
3- Le programme Bibliotheca eruditionis (http://www.eruditio.hu) porte sur le catalogage et sur le repérage des Hungarica et des livres anciens (XVe-XVIIe siècles) ayant circulé dans le bassin des Carpates. Il comprend plusieurs volets principaux, touchant la bibliographie rétrospective, le catalogue collectif des ouvrages anciens et le recensement des sources archivistiques mentionnant des livres dans la région (catalogues de bibliothèques privées). Cet ensemble de bases de données connectées les unes avec les autres est toujours en développement. Certains liens ne semblent pas fonctionner, notamment à partir des pages traduites.
La reconstitution de la bibliothèque de Miklos Zrinyi (1620-1664) fait l'objet d'un programme spécifique développé entre les bibliothèques de Budapest, de Szeged et de Zagreb: le site s'ouvre avec l'histoire de la bibliothèque (http://www.eruditio.hu/zrinyi3d/bz/index.html). La bibliothèque virtuelle est reproduite dans son ordre systématique (http://www.eruditio.hu/zrinyi3d/rekonst/origbooksh.html), puis le site propose la description bibliographique moderne des volumes. Le catalogue manuscrit ancien est disponible, et la salle elle-même de la bibliothèque est reconstituée en 3D.
4- Les données concernant les ateliers d'imprimerie connus dans la Hongrie historique jusqu'en 1600 sont accessibles à l'adresse http://typographia.oszk.hu/
Le site propose une partie rapide sur l'histoire de l'imprimerie, puis sur l'histoire de l'imprimerie en Hongrie aux XVe et XVIe siècles, et surtout les monographies des différents ateliers (http://typographia.oszk.hu/html/hun/nyomdak.htm), avec le cas échéant des éléments d'iconographie, reproductions d'éditions anciennes, notes sur les papiers employés, etc.
5- Le fonds d'histoire du livre constitué à la Bibliothèque nationale de Budapest (Bibliothèque Széchényi) est consultable à l'adresse http://www.mek.oszk.hu/ekgy/
L'utilisation de ce site est considérablement facilitée par le fait qu'il est disponible en plusieurs langues européennes, dont le français. À titre personnel, je trouve que la présence de l'onglet "Traduction" dans le navigateur Google Chrome facilite notablement les choses pour un certain nombre de langues. Même si la traduction est loin d'être parfaite (surtout pour les langues autres que l'anglais), elle fournit des éléments sur des contenus qui sinon resteraient complètement hermétiques.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire