mardi 27 juillet 2010

Encore les voyages

Que l’histoire des voyages soit aujourd’hui un domaine porteur de la recherche, on ne saurait s’en étonner si l’on considère que les voyages s’inscrivent précisément à la rencontre d’un certain nombre de problématiques qui semblent à la mode: citons notamment les échanges et les transferts culturels, mais aussi les processus de construction du savoir, l’histoire des pratiques matérielles (comment voyage-t-on?), voire des domaines plus spécifiques comme l’histoire de l’art, etc.
Mais l’histoire des voyages se trouve aussi liée par plusieurs biais à l’histoire de l’écrit et du livre, qu’il s’agisse des lectures préparatoires, de la bibliothèque de voyage, de l’écriture voire, pour finir, de la publication du voyage, sous des formes elles-mêmes très différentes, du simple récit au compte rendu scientifique. Cette «littérarisation» (pour reprendre le concept de nos collègues allemands) de l’expérience même du voyage constitue un des phénomènes sur lesquels aujourd’hui la recherche se porte de manière privilégiée.
Le récit de pèlerinage du chanoine de Mayence Bernhard von Breydenbach constitue un des imprimés les plus célèbres du XVe siècle, et un témoignage de l’existence d’un lectorat relativement large pour ce type de publications: diffusé en latin en 1486, il connaît en effet un certain nombre d’éditions successives et parfois concurrentes, et, surtout, il est rapidement traduit en allemand, en flamand, en français, en tchèque et en espagnol...
Le secteur des livres de voyages, qui constitue un des domaines les plus porteurs de la librairie des Lumières, prend encore plus de développements avec l’industrialisation. Le monde nouveau du chemin de fer offre en effet des débouchés très importants aux éditeurs : il s’agira d’abord de la publication de toutes sortes de documents imprimés, à commencer par les horaires qui font, en France, la fortune d’un Napoléon Chaix et de son «Imprimerie centrale des chemins de fer», rue Bergère à Paris (voir cliché).
Mais on pensera aussi à l’édition d’une manière de littérature plus ou moins spécialisée destinée aux voyageurs, les guides de voyage (les guides Joanne, pour ne par quitter la France) et les titres publiés notamment dans la «Bibliothèque des chemins de fer» de Louis Hachette. Enfin, nous n’aurions garde d’oublier les réseaux de vente de livres, journaux et périodiques, bientôt aussi de cartes postales, qui s’étendent dans toutes les gares de quelque importance (voir ill. dans notre billet du 21 juin dernier).
C’est dire tout l’intérêt que présente pour nous la publication toute récente de Voyages et voyageurs. Sources pour l’histoire des voyages, sous la direction de Thérèse Charmasson. Le volume ne répond pas exactement à son titre: il ne s'agit pas d'un ouvrage de sources analogue aux autres guides d'archives, mais essentiellement des communications présentées sur ce thème au congrès de La Rochelle en 2005 (Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, « Orientations et méthodes », 17. Informations complémentaires à l’adresse: www.cths.fr).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire