lundi 7 avril 2014

Journée d'études d'histoire du livre


Séminaire « Strasbourg et ses bibliothèques »
Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
Institut d'études avancées de l’Université de Strasbourg

 9 avril 2014
«La BNU et ses collections spécialisées»

Journée d’études, sous la présidence de
M. Frédéric Barbier,
directeur de recherche au CNRS,
directeur d’études à l’EPHE,
membre de l’Institut d’études avancées de l’Université de Strasbourg

Le cabinet de curiosités dans la bibliothèque
Le syntagme de « bibliothèque » désigne d’abord une réalité physique, qu’il s’agisse du meuble, du local ou, par extension, de l’institution abritant, pour le sens commun, des livres, qui aujourd’hui sont en général des livres imprimés. On pourrait par conséquent penser qu’il est possible de définir la bibliothèque par ce qu’elle renferme.
Oui, certes, les bibliothèques conservent évidemment des collections de livres imprimés: mais elles existent bien avant l’imprimerie, tandis que, inveresement, les bibliothèques contemporaines conservent toujours des manuscrits plus ou moins anciens, qui font en général partie de leurs collections les plus précieuses. Les manuscrits sont le plus souvent classés par langues, et les fonds non-occidentaux occupent une place d’autant plus notable que les bibliothèques sont plus riches, comme le montre l’exemple de la BNU.
Mais on conservera aussi dans les bibliothèques toutes sortes d’objets qui ne sont pas des livres, ni même parfois des documents écrits, du document d’archives aux cartes géographiques, à l’objet de curiosités, aux peintures, bustes et sculptures, aux collections de numismatique, aux globes et autres instruments scientifiques, sans parler des nouveaux supports (DVD, etc.) et des nouveaux médias.
En fait, la bibliothèque a longtemps été considérée comme rassemblant une sorte d’inventaire du monde, dans la tradition du Musée ptolémaïque d’Alexandrie. Au XVIIe siècle, la Bibliothèque de l’abbaye de Sainte-Geneviève possède un cabinet de curiosités renommé, tandis que la Bibliothèque du roi devient, au XVIIIe siècle, un véritable centre de recherches, réunissant des savants aux compétences rares (hébraïsants, hellénistes, linguistes, historiens, numismates et autres «antiquaires»), accueillant des cours publics et étroitement liée aux Académies, notamment les Inscriptions et Belles Lettres.
C’est ce projet universaliste que le régime wilhelminien entreprend de mettre en œuvre à travers la reconstitution des collections de la nouvelle Bibliothèque de l’Université de Strasbourg après 1870. La journée d’études du 9 avril 2014 vise à explorer un certain nombre de ces fonds spéciaux, et des instruments de travail mis à la disposition des utilisateurs. 

14h-18h
Programme
14 h : Ouverture de la séance
14h15 : La collection papyrologique, par M. Paul Heilporn (professeur et directeur de l’Institut de payrologie, Université de Strasbourg)
14h45 : La collection de tablettes cunéiformes, par Mme Anne-Caroline Rendu-Loisel (chargée de cours, Université de Strasbourg ; collaboratrice de recherche FNS, Université de Genève)
15h15 : La collection orientaliste constituée par Julius Euting, par M. Daniel Bornemann (Direction de la conservation et du patrimoine, BNU)
15h45 : Discussion
16h : Pause
16h15 : Estampilles et poids musulmans en verre, par M. Claude Lorentz (Direction de la conservation et du patrimoine, BNU)
16h30 : Monnaies, médailles et sceaux, par M. Daniel Bornemann (Direction de la conservation et du patrimoine, BNU)
16h50 : Les collections iconographiques et cartographiques: Le fonds cartographique, par M. Gwenaël Citerin (Direction de la conservation et du patrimoine, BNU); Les affiches alsaciennes des 19e et 20e siècles, par M. Jérôme Schweitzer (Direction du développement des collections, BNU); Les affiches sur l’Europe, par M. Geoffrey Girost (Direction du développement des collections, BNU)
17h20 : Quelques autres fonds particuliers : Arthur de Gobineau, Marie Jaëll, Richard Wagner, Johann Wolfgang von Goethe, par M. Christophe Didier (adjoint de l’administrateur, BNU)
17h40 : Discussion et conclusion 

BNU, salle du conseil

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Aucun commentaire:

Publier un commentaire