jeudi 10 octobre 2013

Le jansénisme et l'histoire du livre

On excusera ce petit mot d’égo-histoire, pour introduire une note relative à une exposition récemment inaugurée à Paris: un choix en apparence d'autant plus paradoxal que le jansénisme a, certes, beaucoup à faire avec l'histoire du livre.
C’est pourtant en classe de seconde, dans un de ces grands lycées parisiens qui sont en eux-mêmes de véritables monuments historiques (en l’occurrence, à Charlemagne, au cœur du quartier du Marais), que nous avons eu l’occasion de découvrir Pascal, ses Provinciales… et le jansénisme. On imagine mal, quarante ans plus tard, comment il serait  aujourd'hui possible d’intéresser directement des jeunes gens d’une quinzaine d’années à des problématiques aussi particulières: moins celles de la Contre-Réforme, de la construction de l’absolutisme monarchique ou de la pédagogie jésuite, que la question centrale, celle de la grâce.
Pourtant, le fait est là: d’abord fascinés par la langue magnifique de Pascal et par la rhétorique des Provinciales, nous étions aussi touchés par la discussion sur la grâce, parce qu’elle nous interpellait sur les problèmes éternels, de la nature de l’homme, de son rapport à la divinité et de la manière pour chacun de conduire sa propre vie. C’était là, on le comprend, un idéal de curiosité qui permettait bientôt de s’embarquer pour la grande traversée des Pensées, dans laquelle nous nous lancions.
On a beaucoup dit, en partie à juste titre, que le manuel de français alors utilisé le plus couramment, celui de la collection «Lagarde et Michard» (sous titré «Les grands auteurs français du programme»), était médiocre. Il est certain qu’à un niveau d’études plus élevé, c’était un manuel insuffisant, fondé sur une succession d’extraits parfois très courts, et qui privilégiait précisément la théorie des «grands auteurs». Un petit coup d’œil dans le troisième volume («Le XVIIe siècle»), aujourd’hui toujours disponible dans notre bibliothèque, incite pourtant à plus d’indulgence.
L’ouvrage, sous sa couverture entoilée (et solide!) est resté familier, avec ses cahiers d’illustrations en couleurs que nous mémorisions à force de les avoir sous les yeux: le buste du Grand Condé par Coysevox et le portrait hollandais de Descartes, la Galerie du palais et ses libraires (déjà!), parfois aussi des images spectaculaires, mais hors de leur chronologie –le Serment des Horaces de David convoqué pour accompagner Corneille. Parmi ces images, deux étaient pour nous particulièrement frappantes: le portrait de Pascal, homme jeune, mais déjà un petit peu chauve et dont le teint jauni signifiait à nos yeux la maladie et la mort prochaine, et la reproduction du Mémorial, témoignage direct de la nuit d’extase où Pascal reçut une certitude que la plupart cherchent toujours. Se faire offrir, probablement pour Noël, le Pascal de «La Pléiade» a constitué l’étape suivante de cette découverte.
En somme, cette année scolaire 1966-1967 est aujourd'hui devenue une autre époque, celle où les enseignants fumaient en classe –notamment pendant les cours de lettres: français, latin, grec–, mais où il y avait des programmes assez cohérents pour être intelligibles et pour toucher les élèves. Grâce à eux, nous savions que Pascal était toujours notre contemporain, qui avait directement quelque chose à nous dire sur sa recherche la plus intime, et sur ces questions essentielles que nous nous posions nous aussi.
Par une claire après-midi d'hiver, le vallon de Port-Royal
Nous devions retrouver le jansénisme quelques années plus tard, mais dans le contexte complètement différent des études d’histoire, en classe de préparation, et dans le cadre d’une forme d’objectivité scientifique qui, en réalité, nous touchait moins que la découverte immédiate de textes aussi riches. Le jansénisme était devenu un phénomène à démonter, chose difficile dès lors qu'elle supposait une connaissance certaine en matière de théologie (une matière quelque peu négligée dans l’enseignement secondaire…). Elle supposait aussi une certaine familiarité à l’égard de l’environnement social et des rapports de forces à l’œuvre dans un monde, celui des XVIIe et XVIIIe siècles, pour nous à peu près étranger. La croyance au genius loci soutenait pourtant toujours l'empathie, et une visite à Port-Royal marquait une précieuse expérience. Bien plus récemment, nous avons d’ailleurs retrouvé le jansénisme, la politique –et l’histoire du livre– à l’occasion de la séance foraine d’Auxerre (juin 2013).
Il est surprenant que, dans un pays dans l’histoire duquel le jansénisme a tenu une telle place, son souvenir soit aujourd’hui relégué au rang de curiosité plus ou moins secondaire et inintelligible, qui en tous les cas n’a rien de réel à nous dire. On doit d’autant plus se féliciter de l’exposition que lui  consacre la Bibliothèque Mazarine, et qui se concentre sur les événements –et les publications– qui ont suivi la bulle Unigenitus de 1713. On y découvrira une soixantaine de pièces, de l’Augustinus (mais dans une édition rouennaise de 1643, trois ans après l’originale de Louvain) à la bulle de 1713, à l’affaire des convulsionnaires, sans oublier les célèbres et rarissimes Sarcellades, ou Harangues des habitans du village de Sarcelles
Ce billet aura sans doute pris une forme trop personnelle. On y verra une forme de piété et de reconnaissance, et surtout on se consolera en allant découvrir l’exposition présentée pour plusieurs semaines encore dans la salle historique de la Mazarine.

Communiqué- Le 3 octobre 1713 était officiellement présenté à Louis XIV un document qui allait déclencher en France une crise de vaste ampleur (…) La diffusion et la réception de la bulle Unigenitus s’accompagnèrent d’une production éditoriale massive et diversifiée. Textes officiels, défenses et contestations, disputes théologiques, pamphlets et libelles, gravures satiriques, récits de scandales… la production imprimée du temps, soigneusement collectée par certains de ses contemporains, témoigne aujourd’hui de l’ampleur de cette affaire. Elle constitue en cela un moment singulier de l’histoire de l’opinion et des médias en France.

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine, en collaboration avec la Bibliothèque de la Société de Port-Royal. Commissaire: Stéphanie Rambaud
4 octobre – 20 décembre 2013, du lundi au vendredi, de 10h à 18h.
Entrée libre et gratuite
Bibliothèque Mazarine, 23 quai de Conti, 75006 Paris. Tel. : 01 44 41 44 66

Aucun commentaire:

Publier un commentaire