mercredi 3 janvier 2018

Nouvelle publication

Frédéric Barbier,
«Entre le manuscrit et l’imprimé: les bibliothèques occidentales, XVe-XVIIe siècle»,
dans
Doce siglos de materialidad del libro : estudios sobre manuscritos e impresos entre los siglos VIII y XIX,
dir. Manuel José Pedraza Gracia,
Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2017, p. 186-206
(« In culpa est », 4).
ISBN 978-84-16935-63-5
Titivillus, le démon des copistes *
Cette annonce nous donne l’occasion de souligner le très grand intérêt scientifique non seulement de ce gros volume (606 p., et les illustrations), mais aussi de l’ensemble des publications produites par nos collègues historiens du livre à Salamanque (y compris la revue Titivillus: revista internacional sobre libro antiguo, laquelle est aussi présente sur Facebook).
On nous excusera de ne pas citer ici toutes les contributions du volume, mais de nous limiter à mentionner quelques thèmes relevant des XIVe-XVIe siècles (la publication suit l'ordre chronologique): le marché et la distribution des livres au bas Moyen Âge (Maria Jesús López Montilla); continuité et changement dans la transition du manuscrit à l’imprimé (Felix de La Fuente Andrés); les Manicules en fresques en Castille (Josemi Lorenzo Arribas); les traités de l’astrolabe entre manuscrit et imprimé (Azucena Hernández Pérez); la correction éditorial dans les impressions incunables de Castille (Maria Isabel de Páiz), etc.
Un des immenses avantages du volume réside dns le fait qu'il transcende la chronologie traditionnelle des universités, ce qui de fait devrait être la règle en histoire du livre: pour donner la mesure de l’ampleur de la fourchette ici envisagée indiquons que la dernière contribution traite de la publicité imprimée à Barcelone dans la seconde moitié du XIXe siècle (Isaura Solé Boladeras).
Les trois titres publiés précédemment dans la même série traitaient du Paratexte, du prix du livre en Espagne de 1543 à 1806, et des problèmes de commerce et de distribution.

* Titivillus, le démon des copistes, puis des compositeurs typographiques, recueille dans son sac toutes les coquilles et autres erreurs commises dans les livres, et les enregistre sur ses tablettes, de manière à pouvoir les présenter aux fautifs le jour du Jugement dernier...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire