mardi 3 mars 2020

Musées de l'imprimerie

Du plomb au pixel est l’intitulé sous lequel se présentent cinq Musées de Belgique qui se consacrent à l’histoire de la typographie. Bien évidemment, la visite commence par le musée Plantin-Moretus d'Anvers.
La maison du Vrijdagmarkt, 22, a l’apparence d’un élégant palais urbain – mais il faut l’imaginer à l’aune des extensions successives rendues nécessaires par le développement des affaires, et bruissant de la vie de dizaines de personnes. La marque au compas surmonte l’entrée monumentale. L’ensemble illustre cette topographie particulière aux entreprises d’imprimerie-librairie sous l’Ancien Régime: à la fois lieu de vie, avec les appartements et les chambres des employés; espace de travail, avec les différents ateliers, bureaux et autres locaux de stockage etc.; enfin, lieu de sociabilité, avec la mise en scène de la réussite et la recherche d’une «distinction» apportée aussi par les collections d’art – dont les portraits réalisés par Rubens. Le Musée Plantin apparaît comme un lieu d’exception pour appréhender l’activité d’imprimerie-librairie traditionnelle dans sa dimensoin anthropologique. 
À Gand, le Musée de l’Industrie (Minnemeers, 10) propose une riche section consacrée à l’histoire de la typographie, avec non seulement un remarquable ensemble de matériel ancien, presses à bras et presses lithographiques, mais aussi de machines plus récentes, et une attention toute particulière portée aux développements les plus récents dans le domaine graphique.
Un petit objet banalissime a pourtant joué un rôle absolument clé dans l’innovation de procédé, entendons, dans l’invention de la typographie en caractères mobiles au milieu du XVe siècle: il s’agit de la carte à jouer. Que le jeu de cartes soit très (trop?) largement répandu dans l’Europe de la fin du Moyen Âge, il n’est que de voir les litanies de l’Église le condamnant. Mais notre objet est autre: la carte est un petit morceau de carton, qui suppose donc la superposition de plusieurs couches de papier «chiffon». Par ailleurs, la carte doit toujours être neuve: le moindre signe, trait de crayon, corne ou autre, permettrait de la repérer et déqualifie donc l’ensemble du jeu. On comprend que la consommation, non pas de cartes individuelles, mais bien de jeux de cartes, soit considérable au XVe siècle: le regretté Wolfgang v. Stromer a bien montré l’importance du phénomène dans le domaine de la papeterie, préalable nécessaire au passage à la typographie, en même temps que modèle pour une production proto-industrielle. Le Musée de la carte à jouer, qui traite de périodes plus tardives, est établi à Turnhout (Druiventraat, 28), premier centre de production de jeux de cartes dans l’actuel Bénélux depuis le XIXe siècle.
À La Louvière (rue des Amours, 10), le Centre de la gravure et de l’image imprimée présente un atelier de gravure et de typographie, ainsi qu’une belle collection d’œuvres contemporaines. Terminons par la Maison de l’imprimerie, à Thuin (rue Verte, 1b), qui fonctionne d’abord comme un atelier de démonstration (fabrication du papier, composition et impression typographiques, fonderie, gravure, lithographie, reliure…) (http://www.maison-imprimerie.net/). Alors que le printemps pointe son nez (voyez les crocus et les narcisses), pourquoi ne pas en profiter pour une petite excursion proustienne sur l’une de ces routes historiques qui quadrillent notre vieille Europe, et qui, par un biais ou par un autre, intéressent aussi l’historien du livre?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire