mercredi 25 janvier 2017

Conférence d'histoire du livre

École normale supérieure,
Labex TransferS

Conférences de Madame Marisa Midori Deaecto,
professeur à l'Université de Sao Paulo,
professeur invitée à l'École normale supérieure (Labex TransferS)

Lire et écrire la Révolution française au Brésil au XIXe siècle:
le cas de François Guizot

(série de quatre conférences hebdomadaires) 
Attention!
Pour des raisons de capacité de la salle et de sécurité des bâtiments de l’École normale supérieure, l’assistance aux conférences tenues par Madame Marisa Deaecto dans le cadre du Labex TransferS est soumise à inscription préalable.
Les auditeurs sont invités à s’inscrire pour chaque séance, exclusivement par courriel, à l’adresse Internet suivante: frederic.barbier@ens.fr. Un accusé de réception leur sera envoyé en retour, et les réservations seront prises dans l’ordre chronologique des inscriptions.
Nous vous remercions de votre compréhension.


Jeudi 26 janvier 2017, 17h-19h
3. Lire et traduire François Guizot au Brésil:
genres et paratextes éditoriaux
Comme le signale un journaliste brésilien, François Guizot était lu, ou du moins largement cité, par un certain nombre d’idéologues dans la presse brésilienne des «années extraordinaires» de 1848-1849. Outre les citations et les passages concernant l’auteur et sa pensée, comment les références au titre même de De la Démocratie en France se présentent-elles?
Nous organisons notre corpus référentiel en deux groupes: a) les citations indirectes, à savoir celles qui annoncent la sortie du titre, soit en édition française, soit en édition brésilienne; b) les citations directes, comprenant la publication de morceaux choisis du texte de Guizot, accompagnés (ou non) par des commentaires du rédacteur du journal; c) enfin, l’édition du texte complet sous la forme de feuilleton. L’étude du matériau ainsi réuni suggère toute une série de questions sur les genres discursifs tout comme sur les paratextes éditoriaux.

École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle de l’IHMC, esc. D, 3e étage).

1 commentaire: