mardi 31 janvier 2017

Conférence d'histoire du livre: les transferts France-Brésil au temps de Guizot

École normale supérieure,
Labex TransferS

Conférences de Madame Marisa Midori Deaecto,
professeur à l'Université de Sao Paulo,
professeur invitée à l'École normale supérieure (Labex TransferS)

Lire et écrire la Révolution française au Brésil au XIXe siècle:
le cas de François Guizot

(série de quatre conférences hebdomadaires) 
Attention!
Pour des raisons de capacité de la salle et de sécurité des bâtiments de l’École normale supérieure, l’assistance aux conférences tenues par Madame Marisa Deaecto dans le cadre du Labex TransferS est soumise à inscription préalable.
Les auditeurs sont invités à s’inscrire pour chaque séance, exclusivement par courriel, à l’adresse Internet suivante: frederic.barbier@ens.fr. Un accusé de réception leur sera envoyé en retour, et les réservations seront prises dans l’ordre chronologique des inscriptions.
Nous vous remercions de votre compréhension.


Jeudi 2 février 2017, 17h-19h
4. Monarchie et Démocratie: les dialogues France-Brésil,
d'après les considérations de François Guizot et de Justiniano José da Rocha

De la Démocratie en France s'appuie sur l'idée selon laquelle le suffrage universel, en d'autres termes la démocratie, nuit à l'ordre social. Comme le souligne Laurent Theis, sous un titre tocquevillien, le raisonnement "s'en prend avec virulence au culte idolâtre de la démocratie" –pour reprendre la formule même de Guizot. En d'autres termes, l'écriture s'élève à l'encontre des pulsions révolutionnaires de son temps.
Cette argumentation nous amène à intégrer la publication de l'ouvrage dans la réaction dont la vague monte rapidement à l'encontre des révolutions de 1848, non seulement à Paris et en France, mais aussi dans d'autres villes et États. On comparera sous cet angle les considérations sur la démocratie, telles qu'elles se présentent chez Guizot, avec les discours de son principal interlocuteur au Brésil, Justiniano Jose da Rocha.

École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle de l’IHMC, esc. D, 3e étage).

samedi 28 janvier 2017

Conférence d'histoire du livre

École pratique des hautes études, IVe section
Conférence d'histoire et civilisation
du livre 

Lundi 30 janvier 2017
16h-18h
Les Indiens du Nouveau Monde:
récits, fêtes, œuvres d'art (XVIe-XXe siècle) 
par
Madame Marisa Midori Deaecto,
professeur à l'Université de Sao Paulo,
professeur invitée à l'École normale supérieure (Labex TransferS)

Cf légende infra
La littérature sur les Grandes découvertes se développe tout au long du XVIe siècle: la conférence abordera la question de savoir dans quelle mesure l'élaboration et la réception d'une nouvelle conception du monde, mettant en cause tout un système de connaissances anciennes (géographiques, culturelles, religieuses, etc.), atteint effectivement les lecteurs européens. En d'autres termes, dans le cadre de la problématique des transferts: comment la masse de textes nouveaux, très rapidement imprimés et constitutifs  eux-mêmes de nouveaux genres éditoriaux –récits de voyage, descriptions de l'homme et de la nature, cartes géographiques, etc.– s'articule-t-elle avec la construction traditionnelle du savoir?
La présence d'Indiens brésiliens en France au XVIe siècle constitue pour les contemporains une preuve indiscutable de l'agrandissement du monde. Le contact de l'Indien avec l'homme européen fonctionne ainsi comme un procès d'acculturation se déroulant sous les yeux même de la cour et de l'Église, mais qui n'échappe pas non plus au monde savant.
D'une part, nous nous efforcerons de reprendre la littérature classique sur le sujet, depuis la première enquête conduite par Afonso Arinos de Melo Franco sur L'Indien brésilien et la Révolution française (Rio, José Olympio, 1937). D'autre part, nous poserons la question de la réception de cette production dans les différents contextes de l'histoire de l'indianisme, notamment aux XIXe et XXe siècles. Une figure comme celle de Ferdinand Denis a une très grande grande importance dans le dialogue entre les deux cultures.
Cliché: "Les Tangas", dans Légendes, croyances et talismans des Indiens de l'Amazone, adapt. de P. L. Ducharte, ill. de Victor de Rego Monteiro, Paris, Éditions Tolmer, 1923.

Nota: La conférence régulière d'Histoire et civilisation du livre a lieu tous les lundis à l'École pratique des hautes études, de 16h à 18h. (190 avenue de France, 75013 Paris, 1er étage). 

Calendrier des conférences (attention: les sujets à jour des conférences et les éventuelles modifications sont régulièrement annoncés sur le blog. N'oubliez pas, comme disent les informaticiens, de «rafraîchir» la page du calendrier quand vous la consultez).

mercredi 25 janvier 2017

Conférence d'histoire du livre

École normale supérieure,
Labex TransferS

Conférences de Madame Marisa Midori Deaecto,
professeur à l'Université de Sao Paulo,
professeur invitée à l'École normale supérieure (Labex TransferS)

Lire et écrire la Révolution française au Brésil au XIXe siècle:
le cas de François Guizot

(série de quatre conférences hebdomadaires) 
Attention!
Pour des raisons de capacité de la salle et de sécurité des bâtiments de l’École normale supérieure, l’assistance aux conférences tenues par Madame Marisa Deaecto dans le cadre du Labex TransferS est soumise à inscription préalable.
Les auditeurs sont invités à s’inscrire pour chaque séance, exclusivement par courriel, à l’adresse Internet suivante: frederic.barbier@ens.fr. Un accusé de réception leur sera envoyé en retour, et les réservations seront prises dans l’ordre chronologique des inscriptions.
Nous vous remercions de votre compréhension.


Jeudi 26 janvier 2017, 17h-19h
3. Lire et traduire François Guizot au Brésil:
genres et paratextes éditoriaux
Comme le signale un journaliste brésilien, François Guizot était lu, ou du moins largement cité, par un certain nombre d’idéologues dans la presse brésilienne des «années extraordinaires» de 1848-1849. Outre les citations et les passages concernant l’auteur et sa pensée, comment les références au titre même de De la Démocratie en France se présentent-elles?
Nous organisons notre corpus référentiel en deux groupes: a) les citations indirectes, à savoir celles qui annoncent la sortie du titre, soit en édition française, soit en édition brésilienne; b) les citations directes, comprenant la publication de morceaux choisis du texte de Guizot, accompagnés (ou non) par des commentaires du rédacteur du journal; c) enfin, l’édition du texte complet sous la forme de feuilleton. L’étude du matériau ainsi réuni suggère toute une série de questions sur les genres discursifs tout comme sur les paratextes éditoriaux.

École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle de l’IHMC, esc. D, 3e étage).

dimanche 22 janvier 2017

Conférence d'histoire du livre

École pratique des hautes études, IVe section
Conférence d'histoire et civilisation
du livre 

Lundi 23 janvier 2017
16h-18h
Les bibliothèques brésiliennes:
une introduction historique 
par
Madame Marisa Midori Deaecto,
professeur à l'Université de Sao Paulo,
professeur invitée à l'École normale supérieure (Labex TransferS)

Au plafond de la salle de bibliothèque, chez les Jésuites de Bahia
Moins de dix ans après la fondation de l'ordre, les Jésuites débarquent à Salvador de Bahia en 1549, et ils apportent quelques livres avec eux. Avec ses quelques 15 000 volumes, la bibliothèque du collège de Salvador sera la plus riche du pays lors du départ des Jésuites, en 1759. La seconde principale bibliothèque est alors celle du collège de Rio de Janeiro, avec 5500 volumes, qui passent en partie à l'évêque de la ville. Dans le même temps, l'administration coloniale portugaise est transférée de Salvador à Rio (1763).
Mais le système colonial va bientôt entrer en crise, avant que la cour portugaise elle-même ne s'établisse à Rio à la suite de l'occupation de Lisbonne par les troupes napoléoniennes... 
Sur la Bibliothèque nationale du Brésil, voir ici.

Nota: La conférence régulière d'Histoire et civilisation du livre a lieu tous les lundis à l'École pratique des hautes études, de 16h à 18h. (190 avenue de France, 75013 Paris, 1er étage). 

Calendrier des conférences (attention: les sujets à jour des conférences et les éventuelles modifications sont régulièrement annoncés sur le blog. N'oubliez pas, comme disent les informaticiens, de «rafraîchir» la page du calendrier quand vous la consultez).

mardi 17 janvier 2017

Conférence sur les transferts culturels

École normale supérieure,
Labex TransferS

Conférences de Madame Marisa Midori Deaecto,
professeur à l'Université de Sao Paulo,
professeur invitée à l'École normale supérieure (Labex TransferS)

Lire et écrire la Révolution française au Brésil au XIXe siècle:
le cas de François Guizot

(série de quatre conférences hebdomadaires) 
Attention!
Pour des raisons de capacité de la salle et de sécurité des bâtiments de l’École normale supérieure, l’assistance aux conférences tenues par Madame Marisa Deaecto dans le cadre du Labex TransferS est soumise à inscription préalable.
Les auditeurs sont invités à s’inscrire pour chaque séance, exclusivement par courriel, à l’adresse Internet suivante: frederic.barbier@ens.fr. Un accusé de réception leur sera envoyé en retour, et les réservations seront prises dans l’ordre chronologique des inscriptions.
Nous vous remercions de votre compréhension.


Jeudi 19 janvier 2017, 17h-19h
2. Pourquoi le cas François Guizot?
La fortune éditoriale de De la démocratie en France dans le cadre
des Révolutions de 1848
De la Démocratie en France met en œuvre le principe de la compréhension de la politique par le biais de la théorie, et de la construction de celle-ci à partir de l’expérience historique. Il s’agit d’une réponse immédiate aux événements politiques qui ont bouleversé la «stabilité» bourgeoise, à savoir la chute de Louis-Philippe et, du coup, la chute de son Gouvernement, la prise du pouvoir par le peuple (même provisoirement) et, coup de grâce, la victoire de Louis-Napoléon Bonaparte en décembre 1848. L’étude de la diffusion de l’ouvrage à travers l’espace francophone et en Europe donne des résultats très significatifs, sur le plan politique comme sur le plan éditorial, dans la conjoncture des bouleversements qui éclatent partout en Europe en 1848. La cartographie de cette diffusion suggère en outre quelques réflexions sur le débat politique, réflexions appuyées sur le mot clef de «démocratie» confronté à une échelle géographique plus large.

École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle de l’IHMC, esc. D, 3e étage).

dimanche 15 janvier 2017

Conférence d'histoire du livre

École pratique des hautes études, IVe section
Conférence d'histoire et civilisation
du livre 

Lundi 16 janvier 2017
16h-18h
À propos de la nef et des fous:
quelques aperçus sur les problèmes de la réception 
par
Monsieur Frédéric Barbier,
directeur d'études
--> Jodocus Badius Asensius, Stultiferae naves, [Paris], Thielman Kerver pour Enguilbert, Jean et Geoffroy de Marnef, anno hoc iubileo ad xii kalendas martias [18 II 1500] (GW 3155).
Le succès du Narrenschiiff de Sébastien Brant fait du double motif de la nef et de la folie un thème à la mode autour de 1500.
Voici le jeune Josse Bade, originaire probablement de Asche (Brabant). Étudiant à Louvain, puis en Italie, il s’est arrête à Valence, puis à Lyon, sur sa route de retour: il exerce comme professeur de latin au collège de Henri Valluphinus, et travaille parallèlement pour le grand imprimeur-libraire Jean Trechsel, lui-même peut-être venu de Bâle. En 1497, Trechsel envisage de donner une édition des œuvres d’Avicenne, et il dépêche Bade à Paris pour y prendre connaissance des manuscrits disponibles notamment «aux écoles de médecine».
C’est à cette occasion que le jeune savant entre en relations avec les frères de Marnef: établis rue Saint-Jacques à l’enseigne du Pélican, ils sont aussi ses compatriotes (ils viennent très probablement de Marneffe, près de Liège) et se trouvent précisément alors engagés dans leurs éditions du Narrenschiff en latin et en français. Bade en voit probablement les épreuves, et élabore avec Engilbert de Marnef le projet de prolonger l’opération en préparant un supplément consacré aux femmes –pratiquement absentes du texte de Brant.
De retour à Lyon, Bade envoie son manuscrit le 10 septembre 1498: un texte relativement court, puisqu’il ne comprend que six «nefs» dont la première est consacrée au pêché originel, tandis que les cinq autres correspondent aux pêchés spécifiques entraînés par les cinq sens. Pourtant, la première publication se fait sous la forme d’une traduction française, préparée par Jehan Drouyn, la volonté du libraire étant de rendre d’abord le texte accessible au lectorat féminin, lequel en règle général ne sait pas le latin.L’initiative est prise par le libraire, comme l’expliquera le traducteur, Jean Drouyn: l’auteur en effet est
«Maistre Josse Bade Ascense poëte lauré, qui a composé ce petit libelle en latin, et puis l’a translaté de latin en françois maistre Jean Droyn, bachelier en loix et en décret pour retirer les folles de leurs voluptéz, à la pétition et requeste de maistre Anguilbert de Marnef, lequel est inventeur de l’avoir fait imprimer, lequel est très à louer (…). Et pour ce l’avons tourné en françois à fin que les femmes le lisent plus à leur aise, et aussi pour leur discipline salutaires [sic] et enseignemens de pure vie».
Philippe Renouard décrit quatre éditions parisiennes, et une cinquième donnée beaucoup plus tard, à Lyon chez Jean d’Orgerolles en 1583. L’investissement engagé en 1498-1500 par les Marnef n’est pas négligeable, notamment s’agissant de l’illustration, que l’on a pu attribuer au Maître d’Anne de Bretagne. Dans un second temps seulement, les Marnef donnent le texte original de Bade, sorti des presses le 18 février 1500 et reprenant les gravures de l’édition en français. Philippe Renouard en connaît deux autres éditions, la première par Friedrich Biel à Burgos, la seconde, avec une préface de Wimpheling, par Johann Prüss à Strasbourg en 1502...

 Nota: La conférence régulière d'Histoire et civilisation du livre a lieu tous les lundis à l'École pratique des hautes études, de 16h à 18h. (190 avenue de France, 75013 Paris, 1er étage). 

Calendrier des conférences (attention: les sujets à jour des conférences et les éventuelles modifications sont régulièrement annoncés sur le blog. N'oubliez pas, comme disent les informaticiens, de «rafraîchir» la page du calendrier quand vous la consultez).

samedi 7 janvier 2017

Conférence sur les transferts culturels

École normale supérieure,
Labex TransferS

Conférences de Madame Marisa Midori Deaecto,
professeur à l'Université de Sao Paulo,
professeur invitée à l'École normale supérieure (Labex TransferS)

Lire et écrire la Révolution française au Brésil au XIXe siècle:
le cas de François Guizot

(série de quatre conférences hebdomadaires) 
Attention!
Pour des raisons de capacité de la salle et de sécurité des bâtiments de l’École normale supérieure, l’assistance aux conférences tenues par Madame Marisa Deaecto dans le cadre du Labex TransferS est soumise à inscription préalable.
Les auditeurs sont invités à s’inscrire pour chaque séance, exclusivement par courriel, à l’adresse Internet suivante: frederic.barbier@ens.fr. Un accusé de réception leur sera envoyé en retour, et les réservations seront prises dans l’ordre chronologique des inscriptions.
Nous vous remercions de votre compréhension.


Jeudi 12 janvier 2017, 17h-19h
La réception de la Révolution française dans l'historiographie brésilienne:
problématiques, approches et perspectives d'investigation  

Au Brésil, la question la plus importante porte sur le rôle de l’exemple français et de celui relatif aux événements d’Amérique du Nord dans le débat sur l’indépendance. Les enquêtes sur les bibliothèques privées de quelques leaders des séditions qui ont éclaté dans les principales villes brésiliennes de 1780 à 1817 montrent une présence significative des livres français, voire des éditions interdites de titres tels que ceux de Voltaire et de Diderot. La lecture des constitutions françaises de la période révolutionnaire et de la constitution américaine atteste l’intérêt vis à vis des programmes d’émancipation et du système de la république, tels qu’ils se présentent dans les pays du Nord. Il reste à préciser dans quelle mesure ces lectures se traduisent dans des projets élaborés en vue de l’émancipation du Brésil, et dans des modèles programmatiques pour la constitution de l’État.
On peut en outre poser la question de préciser si le processus révolutionnaire vu dans la longue durée, à savoir les révolutions de 1830, 1848 et 1870, constitue une matrice importante pour le débat politique brésilien. Il ne s’agit plus seulement de la présence de tel ou tel titre dans les bibliothèques publiques et privées, mais de la circulation la plus large des imprimés. La traduction des textes politiques français constitue en l’occurrence un thème peu abordé, mais réellement important dans la perspective des transferts culturels. Le programme consistera à recenser les livres et les textes les plus traduits durant la période en question; puis à envisager sous quelle forme ces textes ont été diffusés et par quels biais, s’agissant aussi bien des circuits de production que de la problématique de la réception.

École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle de l’IHMC, esc. C, 3e étage).

jeudi 5 janvier 2017

Conférence d'histoire du livre

École pratique des hautes études, IVe section
Conférence d'histoire et civilisation
du livre 

Lundi 9 janvier 2017
16h-18h
À propos du Narrenschiff de Sébastien Brant:
problèmes de sources et de comput 
par
Monsieur Frédéric Barbier,
directeur d'études
Calendrier des bergers, Paris, 1493 (détail d'une des tables. © Bibl. de Valenciennes)
 Nota: La conférence régulière d'Histoire et civilisation du livre a lieu tous les lundis à l'École pratique des hautes études, de 16h à 18h. (190 avenue de France, 75013 Paris, 1er étage). 

Calendrier des conférences (attention: les sujets à jour des conférences et les éventuelles modifications sont régulièrement annoncés sur le blog. N'oubliez pas, comme disent les informaticiens, de «rafraîchir» la page du calendrier quand vous la consultez).

Et, puisque nous parlerons de calendriers, n'oubliez pas les vœux du blog! Nous avons voulu les présenter cette année sous la forme d'un hommage à la vie à Paris, surtout si les circonstances peuvent se révéler parfois difficiles.